Le « monstre » métropolitain arrive à grands pas…

fig-257426_1280A l’approche du 1er janvier 2016, date officielle où la Métropole du Grand Paris verra le jour, elle brille surtout par sa complexité et son mille feuille administratif dont les contours sont encore flous. Quant aux chiffres et au périmètre de cette nouvelle entité aux allures de géant, ils donnent le tournis. Mettons donc plutôt l’accent sur quelques bonnes initiatives citoyennes initiées par certaines parties prenantes pour tenter de donner une empreinte participative à ce beau projet.

Des acronymes barbares comme MAPTAM, NOTRe sont censés donner une structure à ce territoire et fluidifier son organisation. Mais le cocktail d’intercommunalités, territoires, communautés d’agglomération, EPCI, EPT et autres strates risque d’être explosif tant la porosité politique fait aussi partie du jeu. Personnellement je n’y comprends rien et ne veux rien y comprendre. La MGP fait peur, c’est le moins qu’on puisse dire. Récemment le maire d’une petite commune francilienne en parlait en ces termes: « Au 1er janvier prochain, le monstre arrive… ». Sa gouvernance à double niveau (conseil de la Métropole et conseil de territoire) ne risque pas de simplifier les choses. Face à ce schéma il s’agit de rester « droit dans ses bottes » et de rendre hommage aux nombreuses dynamiques publiques ou privées pour donner un sens à la construction métropolitaine.

Solidarité, rayonnement international, transports et logement sont les principaux défis de la MGP. Tout cela relève d’une belle idée. Le Grand Paris Express en est l’expression la mieux aboutie pour l’instant. Elle ambitionne de tisser une toile de mobilité de banlieue à banlieue ce qui ne peut qu’optimiser les connexions et développer une meilleure répartition des centralités. Face au mastodonte administratif il faut contrebalancer avec et (malgré tout) encourager toutes les velléités d’une cohésion identitaire et visionnaire. Ici, le terme « identitaire » renvoie plus au sentiment d’appartenance à un territoire.

Le travail de médiation culturelle et sociale ainsi que celui sur les imaginaires qui façonnent notre vision métropolitaine sont salutaires! Il faudrait presqu’en confier la mission à un cinéaste pour qu’il puisse réaliser une fiction qui fixerait définitivement une image du Grand Paris. Mais avant de parler de fiction saluons ces mouvements collectifs qui sont entrain de bâtir méthodiquement un maillage métropolitain. La démarche de Métropop’! en partenariat avec la mairiede Paris sur la représentativité et les connexions entre villes centre et villes périphériques mérite d’être signalée. A une autre échelle, l’association le Manifeste du Grand Paris, qui partant du constat qu’il manquait un lieu au Grand Paris s’organise pour faire bouger les lignes métropolitaines. On peut juste déplorer un manque de fédération de tous ces mouvements.

Grand Paris, à la poursuite de l’égalité des territoires

IMG_0500-300x225

C’est la première concrétisation pour le projet de prolongement de la ligne 14. Le coup d’envoi a été donné le 09 septembre dernier à la future station Pont Cardinet. Magaly, engin de près de 1500 tonnes et 100 mètres de long est à la hauteur des 1,4 milliards d’euros qui ont été investis dans ce projet de transport par tous les acteurs publics (Etat, région, départements et la ville de Paris). Il va donc commencer à creuser!

C’est aussi l’occasion de revenir sur les enjeux auxquels doivent répondre les parties prenantes du Grand Paris. Il s’agit de redessiner une nouvelle carte de la mobilité en Ile de France qui vise à résoudre une équation ambitieuse, égalité des territoires, égalité des chances.

Le développement territorial est le résultat d’une action publique mais aussi la somme de petites initiatives citoyennes, individuelles et culturelles. Il faut donner envie aux habitants de s’accaparer ce type de projets. C’est aussi l’objectif des consultations publiques. Néanmoins il faut continuer à innover en matière de « vulgarisation » des grands projets territoriaux. La communication et les médiations paraissent être des maillons forts de ce processus.

Escapade dans le 9-3!

C’est le genre d’expérience qui nous pousse à voir grand..Rendez-vous pris à la porte de Vincennes avant l’entrée sur le périphérique; tout un symbole! Destination le Bourget et Pantin, pour une après-midi culturelle. 2 étapes la galerie Gagosian et la galerie Thaddaeus Ropac.

Comment ne pas se projeter dans tous ces imaginaires qui nous viennent à l’esprit? Le gigantisme de ces barres de béton (marqueurs de ce territoire) qui affronte ce grand espace dédié à l’art contemporain. Tout est grand au Bourget d’ailleurs sauf les jets privés qui déversent sur le tarmac des personnes grandes par leur talent ou leur fortune. Le Weather festival 2014, le musée de l’air et de l’espace, la piscine panoramique du Marriot hôtel sont tous grands.

20150502_153838

Ci dessus, une oeuvre de Chris Burden Porsche with Meteorite, 2013

Une question se pose alors, comment capitaliser sur ce renouveau du 9-3, pour qu’il devienne hybride et arrive à fédérer la population locale? Sachant que Le Bourget sera sur la ligne du Grand Paris express.

Nous avons tout le loisir d’en discuter autour d’un petit café et d’une petite pâtisserie au Café Bleu de la galerie Thaddaeus Ropac!

 

Expressions citoyennes, expressions urbaines

imgres

Pierre Mansat, Didier Bertrand, Delphine Bürkli et Emmanuel Arlot (modérateur du débat) s’étaient donnés rendez-vous le jeudi 05 mars 2015 dans le cadre du Grand Paris citoyen. L’objectif était d’informer et de permettre aux habitants présent à la mairie du 9ème arrondissement de mieux appréhender la construction de la métropole parisienne.

J’avoue que j’ai été surpris par la composition du public, nombreux, qui comptait une très grande majorité de seniors. Est ce à dire que très peu de jeunes se sentent concernés par ce grand projet? Ce sont eux quand même qui devront le vivre demain!

Ne créons pas de polémique inutile sur le non engagement de telle ou telle génération mais l’enjeu d’une nécessaire architecture du bien vivre ensemble doit nous interroger sur les modalités de communication du Grand Paris.

Cette réunion publique qui fait partie d’un vaste parcours de rencontres citoyennes dans toute la capitale a montré l’intérêt des administrés pour ce format interactif. Les questions posées reflétaient une certaine excitation mais aussi de réelles inquiétudes face à cette belle aventure métropolitaine!

presentation-metropole-du-grand-paris-1

Le Grand Paris en question…

692898-forum-paris-768x1004-web

Parfois enthousiastes, parfois plus réservées, toutes les expressions ont eu leur place dans ce grand forum organisé par Libération au 104. « A nous le Grand Paris! » à travers de nombreux débats s’est proposé de confronter les imaginaires et les réalités socio économiques auxquels nous sommes confrontés face à ce défi. Personnellement j’ai pu assister qu’à un seul débat: « La locomotive de la France ». J’ai retenu une belle idée de l’architecte Djamel Klouche qui veut remettre « l’usine » lieu de fabrication en ville. Sans oublier bien sûr toutes les innovations numériques dites « smart » qui permettront de faciliter, d’optimiser et de viabiliser la métropole parisienne…

© Lacitéhub.fr 2014 Tous droits réservés.