Comprendre comment le revenu universel peut aider à l’inclusion sociale !

coin-1080535_1280

A la lecture d’un entretien du philosophe belge Philippe Van Parijs (L’Obs, édition 2696), l’un des principaux penseurs du revenu universel et professeur à l’université catholique de Louvain, j’ai eu une réflexion : quel champ des possibles peut nous ouvrir ce concept  tant il a l’air ambitieux, éloigné de ce qu’on connaît et utopique? Dans tous les cas, il a le mérite de questionner toutes les velléités d’amélioration de notre système de protection sociale.

 

Qu’est ce que le revenu universel ?

A première vue, je pensais naïvement qu’il s’agissait de mettre un revenu minimum pour tous à l’échelle mondiale. Mais je ne voyais pas comment il allait être mis en place et financé. Visiblement, ce revenu serait « universel » surtout parce qu’il serait opposable à l’ensemble des citoyens sans contrepartie de travail. C’est un concept qui paraît prometteur. En effet, il vise à solutionner la crise économique résultant du capitalisme sauvage d’aujourd’hui et à être un rempart contre le sentiment d’injustice qu’il peut procurer.

Parallèlement, on assiste à un véritable changement de paradigme car il semble ouvrir une nouvelle approche de ce qu’on met derrière le mot travail. Celui ci ne serait plus vu comme unique moyen d’assurer ses besoins primaires. Sa fonction de mode d’épanouissement social se verrait renforcer dans la mesure où il induirait une forme de reconnaissance de la contribution de chacun à la société. Il serait décorrélé de la notion de croissance et permettrait de reconnaître un droit à chacun de faire partie intégrante de la société du simple fait de sa naissance.

Reste la question du financement qui finalement me paraît tout à fait envisageable quand on voit l’importance des écarts de revenus entre les mieux lotis et les autres! Quand est ce que les acteurs politiques seront assez créatifs ou juste courageux pour nous conduire vers un modèle de société réellement plus solidaire dépassant la simple bienveillance?

 

De la charité à la solidarité

Historiquement c’est d’abord l’Eglise qui s’est engagée dans la protection des plus « fragiles » mettant en avant le devoir de charité avant que l’Etat ne prenne le relais dans différents pays d’Europe. Mais le véritable front pour une protection sociale réelle a été mené par les classes ouvrières. Il est important de comprendre cette évolution pour considérer l’approche des sociétés vis à vis des questions d’assistance sociale. La solidarité n’a de sens que si les mentalités évoluent et permettent de prendre conscience qu’une organisation sociale moderne n’est viable aujourd’hui que si elle offre une liberté d’action à tous et pas qu’aux plus riches.

Hier les ouvriers ont lutté pour améliorer leur condition et échapper à « l’aliénation » de la charité pratiquée par l’Eglise et la bourgeoisie. Aujourd’hui ce sont les mouvements citoyens et les ONG qui, en l’absence de véritable conscience sociale répondant aux enjeux de nos sociétés contemporaines, doivent prendre le relais sans toutefois tomber dans le communisme libertaire.

En mon sens cette idée de revenu universel provoque un électrochoc qui décloisonne nos mentalités. Il permet de reconsidérer l’idée de solidarité et fait écho aux différentes actions de plaidoyer menées par les associations ! Il faut que chacun s’interroge sur son propre regard et ses préjugés vis à vis de la précarité prémisses à la transformation sociale voulue par beaucoup.

 

Vers une transformation sociale

La vraie transformation sociale c’est de donner du sens aux valeurs fondamentales de nos sociétés. Etre dans l’écoute active et dans l’échange. Les débats et autres conseils citoyens sont légion dans la vie de nos cités mais n’est ce pas un leurre souvent ?

Une autre société est possible ! Et cela vaut aussi pour les pays émergents qui doivent créer leur propre modèle de développement. C’est de nouvelles perspectives qui s’ouvrent posant la question de la répartition des richesses, de la gestion des différentes crises géopolitiques et de la place de la singularité culturelle dans l’évolution des pays émergents.

© Lacitéhub.fr 2014 Tous droits réservés.